Skip to content

Ils parlent de la confiance – Charles Handy

19 mars 2009
Photograph by Elizabeth Handy ©

Photograph by Elizabeth Handy ©

Souvent galvaudé, la notion de confiance est parfois analysé avec justesse et souvent de manière prémonitoire, par quelques penseurs en économie et en management.

Les écrits de ces gourous délaissés ces derniers temps,  à l’image de Charles Handy (déclaré « most influential living management thinker » par le Thinkers 50 en 2000, second derrière Peter Drucker en 2001, dixième en 2005) mériteraient une attention particulière, en cette période de crise économique et sociale majeure.

« What’s a Business For » (Décembre 2002), à l’époque de l’affaire Enron

« Markets rely on rules and laws, but those rules and laws in turn depend on truth and trust. Conceal truth or erode trust, and the game becomes so unreliable that no one will want to play, »

« The markets will empty and share prices will collapse, as ordinary people find other places to put their money–into their houses, maybe, or under their beds. The great virtue of capitalism, that it provides a way for the savings of society to be used for the creation of wealth–will have been eroded. So we will be left to rely increasingly on governments for the creation of our wealth, something that they have always been conspicuously bad at doing…..Trust is fragile. Like a piece of china, once cracked it is never quite the same. And people’s trust in business, and those who lead it, is today cracking. »


« Looking Ahead » HBR Septembre 1997

« ….what enables a corporation to succeed in the longer term is a wish for immortality, or at least a long life; a consistent set of values based on an awareness of the organization’s own identity; a willingness to change; and a passionate concern for developing the capability and self-confidence of its core inhabitants, whom the company values more than its physical assets. I suggest that those conditions are best met when organizations live up to the literal meaning of the word company–« the sharing of bread »–and regard themselves as communities, not property…..in time, the laws governing corporations will change to reflect (this) new reality. »

Gods of Management: the Changing World of Organizations

Dans ce livre, qui est l’un de ses premiers, Handy avance l’idée que la meilleure forme d’organisation pour une entreprise est celle d’une village: un lieu où chaque personne fait profiter également de ses compétences pour le bénéfice de la communauté, où la culture est ce qui compte le plus, où la prise d’initiative vient du bas et où les actionnaires sont les travailleurs.

« Villages are small and personal, and their inhabitants have names, characters and personalities. What more appropriate concept on which to base our institutions of the future than on the ancient organizational social unit whose flexibility and strength sustained human society through millennia? »

—————————-

via HBR Editors’ blog

Advertisements
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :