Skip to content

Kit de survie pour mission de gestion du changement : la socio-dynamique en une page

11 mars 2009

Comment identifier vos « alliés » et vos « ennemis »? Quels sont leurs modes de fonctionnement ? Comment les utiliser ?

Le principe est simple : se concentrer sur ce qui fait le changement, à savoir l’énergie que les acteurs lui consacrent. Plus précisément, cela consiste à s’intéresser à l’énergie que chaque acteur consacre à un projet.

Les acteurs se divisent entre :
– ceux qui consacrent beaucoup d’énergie à notre projet
– ceux qui ne lui consacrent pas beaucoup d’énergie.

Or l’énergie consacrée peut être de 2 natures :
– la synergie est l’énergie développée par un acteur pour un projet,
– l’antagonisme est l’énergie développée par un acteur contre un projet. Or une même personne peut-être à la fois synergique et antagoniste par rapport à un projet donné.

image004

Il existe 8 grands types d’attitudes sociodynamiques.

Les acteurs avec lesquels il faut travailler : les alliés

  • Le Triangle d’or : leur synergie fait avancer le projet, mais ils ont suffisamment d’antagonisme pour garder du recul par rapport au projet et proposer des améliorations. Ils sont prêts à s’impliquer mais pas à n’importe quelles conditions
    • Lui confier les responsabilités concrètes et techniques
      Le plus à même de convaincre un hésitant parce-qu ‘il comprend les hésitations
      Lui confier l ‘animation de méthodes participatives
      Fer de lance des équipes
  • Les engagés : ils ont une forte synergie par rapport au projet et aucun antagonisme. Ils adhèrent sans retenue au projet. Ils attendent néanmoins des ordres, des objectifs et des délais.
    • Eviter de lui confier les missions de médiation
      Exploiter sa forte capacité à faire plus que ce qu ‘on lui demande
      Ne pas les délaisser

Les acteurs à convaincre : ce sont eux qui feront basculer le projet

  • Les hésitants : ils sont assez impliqués. Selon les circonstances, ils soutiendront le projet ou au contraire ne le soutiendront pas. On notera que l’hésitant n’est pas un indécis. C’est au contraire quelqu’un d’impliqué. Très influents sur les passifs
    • Négocier ses conditions
      Trouver les terrains sur lesquels il est d ‘accord pour manœuvrer
      Préparer à l ‘avance les réunions qu ‘il organise
      Utiliser les méthodes participatives
  • Les passifs : ils ont une synergie et un antagonisme faible. On les appelle souvent  » la majorité silencieuse ». C’est la typologie la plus généralement répandue. Quel que soit le projet, les passifs représentent entre 40 à 80% des acteurs. Ce sont eux qui déterminent comment va pencher le plateau de la balance.
    • Ne pas le forcer à participer
      La seule manière de le toucher : son voisin
      Apparaître toujours très « réglo »
      Eviter de construire des stratégies fondées sur sa mobilisation
      Apparaître comme la « force tranquille » pour le rassurer

Les acteurs à contenir

  • Les grognons : ils ont une synergie très faible et un petit antagonisme. Des passifs qui rouspètent. Critiquent et ont un humour corrosif.

    • Faire semblant de l ‘ignorer
      L ‘écouter car il dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas
      Il finira par rentrer dans le rang car il a peu d ‘énergie pour le projet
  • Les opposants : ils ont beaucoup plus antagoniste que synergique, mais sont sensibles au rapport de force, par opposition aux révoltés qui sont insensibles à tout.
    • Le faire éliminer par ses alliés
      Repérer ce qu ‘il respecte et utiliser ce levier
      Ne pas chercher à le convaincre mais à le soumettre
      Eviter de s ‘en occuper
  • Les révoltés : ils ont un fort antagonisme et une faible synergie. Leur antagonisme les amènent à préférer tout perdre plutôt que de laisser une quelconque chance au projet de réussir.
    • Ne pas chercher à le convaincre mais à le soumettre
      Le faire éliminer par ses alliés
      Ne pas lui ménager de porte de sortie
  • Les déchirés : ils présentent la caractéristique rare d’être à la fois très synergiques par rapport au projet et très antagonistes. Les déchirés sont à la fois totalement pour le projet, mais pensent que ce n’est pas comme cela qu’il faut s’y prendre
    • Eviter de faire quoique ce soit avec lui
      Prendre garde à son pouvoir de nuisance
      Utiliser le fait qu ‘il est aussi une épine dans le pied des opposants

La stratégie des Alliés

Cette démarche comprend 7 principes qui consistent à :

1. Recenser ses alliés
– si l’on n’en a pas, il faut s’en créer

2. Evaluer la synergie de ses alliés par rapport à l’objectif visé

3. Accepter ses alliés tels qu’ils sont
– on a trop tendance à négliger ses alliés, voire à les rejeter car ils ne sont pas comme on voudrait qu’ils soient

4. Considérer ses alliés (développer leur jeu commun et leur crédit d’intention)
– leur donner du pouvoir
– passer une majorité de son temps avec eux
– consacrer une part beaucoup plus importante de son énergie à conforter et développer ses alliances qu’à se préoccuper de son adversaire

5. Mobiliser ses alliés
– ne pas dire « je vais faire quelque chose pour toi » mais « tu vas faire quelque chose pour notre objectif »

6. Utiliser ses alliés pour se faire de nouveaux alliés (en les faisant agir sur les partenaires instables, les hésitants)
– faire passer vos messages dans un service grâce à vos alliés (en général, les opposants font de la rétention d’information)

7. Utiliser ses alliés pour contenir ses opposants
– leur fournir des arguments et des conseils pour contrer les opposants

Quelques sources :

Texte et graphiques : Synthèse de Cesar Consulting et EFII

Autres

http://www.esc-brest.fr/download/news/universite-entreprise/sociodynamique-des-relations-en-entreprise.pdf

Ouvrages :

Le manager joueur de go

  • De Jean-Christian Fauvet et Marc Smia


L’élan sociodynamique

  • De Jean-Christian Fauvet
About these ads
One Comment leave one →
  1. Pierre M. permalink*
    11 mars 2009 2:39

    Quelle est la source de l’image ? (à rajouter pour éviter de se faire taper sur les doigts :-) )

    Sinon, très bon post. Je ne sais pas trop me situer sur cette matrice: j’hésite entre « grognon » et « triangle d’or » ….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d blogueurs aiment cette page :